L’enfant utilise des comptines, des poèmes, etc. pour l’aider à apprendre la table. On peut également poser la question comme une devinette ou un secret. Mais si l’on n’est pas doué dès le départ, ce n’est pas un problème : « apprendre par cœur » est compliqué et peut prendre du temps. L’enfant s’y habituera au fur et à mesure qu’on utilisera des activités en classe ou à la maison.

Aider les enfants à apprendre

Les enseignants, même concernant la multiplication CE2, ils articulent l’enseignement des mathématiques avec d’autres matières : la géographie permet de visualiser de grandes distances, l’histoire demande de se situer dans le temps., l’EPS est une opportunité de mesurer la distance ou le temps de saut avec un chronomètre, etc. Des situations quotidiennes sont également données à l’enseignant (aire de jeux, quantité d’eau du bain, part de gâteau, etc.) On peut également utiliser des situations quotidiennes avec l’enfant pour lui apprendre les mathématiques. Pour avoir plus de renseignements sur la multiplication ce2, prière de bien lire l’article.

Mise en application de l’apprentissage

On n’hésite pas à expliquer comment utiliser les maths au quotidien : faire les courses, mesurer les ingrédients pour cuisiner, compter les couverts pour partager la table, partager un gâteau, etc. On encourage l’enfant à dire quand et comment utiliser les mathématiques dans la vie de tous les jours l’aidera à s’y habituer. On peut laisser les enfants jouer à des jeux de société, à des jeux de construction ou à des jeux informatiques dans lesquels ils manœuvrent des nombres et des formes. Certains jeux sont mieux adaptés en vue de stimuler la mémorisation de tables de la multiplication ou d’addition, le raisonnement et la logique. On peut même jouer avec l’enfant pour soutenir son apprentissage, pour lui démontrer que les maths sont aussi distrayantes. Les erreurs se lient toujours à l’apprentissage. Il est donc normal que l’enfant fasse cela et il est souhaitable qu’il connaisse un progrès. Les erreurs peuvent être prises comme des occasions d’enseigner quelque chose de nouveau à l’enfant. • Il gagne en confiance lorsqu’il est complimenté une fois que le problème a été résolu ou qu’il a découvert quelque chose de nouveau. La reconnaissance de son travail et de ses efforts est une digne récompense pour lui.

Mémoriser les tables de multiplication

Il y a de nombreuses façons d’améliorer la mémoire de l’emploi du temps des enfants. Tout d’abord, on doit savoir « à quel point la mémoire d’un enfant est précieuse ». Alors quand il a une soi-disant « mémoire visuelle, ce n’est plus difficile de lui apprendre à travers des couleurs, des schémas, des dessins, des croquis ». S’il a une « mémoire auditive », il peut étudier la leçon « en lisant à haute voix les tables de multiplication ». S’il n’en fait pas partie, il possède une mémoire appelée « mémoire kinesthésique ». Il suffit de lui demander si elle est intéressée à utiliser certaines activités, comme bouger ses doigts de différentes manières, pour apprendre la table de multiplication CE2.

 Méthodes d’enseignement

 Un certain nombre de chercheurs ont également publié leur expérience pour aider les enfants à apprendre les tables de multiplication. Il existe un exemple de la méthode Multi-malinsSpécialement conçu pour les élèves du primaire, il est beau, engageant et permet de fixer dans la mémoire les tables de multiplication. Cette méthode est entièrement basée sur l’imagination et la narration. Chaque numéro devient un personnage personnalisé et amusant. 8 bonhommes de neige, par exemple, 7 plongeoirs, 3 est pris comme la gueule de chien. Chaque calcul comporte une histoire courte et amusante. Il existe aussi des tables de multiplication en étudiant. Certains enfants conservent parfaitement l’intégrité des paroles de la dernière chanson de leur artiste préféré. Il se connecte immédiatement. En général, il est bon d’encourager l’ enfant à apprendre les mathématiques. • Si l’enfant éprouve des difficultés, il est utile d’expliquer ou de décrire la situation telle qu’elle est à l’origine. Pour ce faire, on devra peut-être réfléchir aux mots, dessins ou objets, qui aideront à découvrir une solution. Cependant, d’autres méthodes pédagogiques peuvent être présentées ici en fonction de la valeur mémorielle de l’élève. Il y a des enfants qui ont ce qu’on appelle « mémoire visuelle ». Un enfant a une mémoire visuelle lorsqu’il perçoit mieux les images que les sons. Dans ce cas, on mise sur des croquis des chiffres, des couleurs, des tableaux,  des schémas, des dessins. Il ne sait que lire. Tout cela l’aidera à retenir dans la mémoire les tables de multiplication. À part cela, l’enfant a-t-il appris quelque chose de ce qu’il a reçu en classe ? On doit quand même s’en rendre compte dès déjà à l’apprentissage de la multiplication CE2. Il doit se baser alors à des souvenirs à partir de ce qu’il entend à l’école ! C’est la mémoire auditive. Il est recommandé de lire devant lui et à haute voix la table de multiplication. On s’efforce encore de la relire plusieurs fois pour garder cette table figée dans sa tête. Enfin, l’enfant peut être doté de ce qu’on appelle « mémoire kinesthésique » s’il n’a, ni de mémoire visuelle ni auditive. Il a alors une mémoire motrice. Dans ce cas, il est préférable de creuser, d’expérimenter et de maintenir la sensation. On lui présente alors une variété d’activités pour apprendre la table de multiplication.